Nouveau site Ibara

peinture acrylique sur toile (format: 80cm/40cm)

Je vous invite à visiter mon nouveau site

 www.ibara.weonea.com

ce site, qui sera régulièrement mis à jour, a été conçu par Catherine Labare

Une poire (peinture d’Ibara)

« Une poire » (peinture huile sur toile)

Un soir

Une poire

Sur un comptoir

Rouge et noir…

Ibara

Portrait de Marcel Proust (peinture d’Ibara)

Portrait de Marcel Proust

Marcel Proust

écrivain

1871-1922

La fenêtre de l’atelier est grande ouverte.

Le soleil investit de tous ses feux une grande partie des lieux.

Au loin, j’aperçois quelques nuages, comme des éléphanteaux blancs, à la queue leu-leu, qui courent dans le ciel bleu.

Je suis en train de dessiner et j’écoute en même temps la radio.

Un type parle de Proust.

Et Proust par ci

Et Proust par là.

Marcel, la madeleine, Swann, le temps perdu, Albertine disparue, tante Léonie et tous les autres me font chier!…

Ibara

Le dernier jour (texte et peinture d’Ibara)

« Paysage imaginaire » (peinture acrylique sur toile-format:80cm/1m)

Le dernier jour

Il est cinq heures du matin.

Le café est brûlant.

Je pose le bol fumant sur la table de la cuisine.

J’allume la radio.

Je tombe en plein « Flash spécial ».

Une tache énorme, rouge et inquiétante est apparue sur la lune.

Pas besoin de lunette d’astronome pour constater le phénomène.

La tache rouge peut se voir à l’oeil nu, à ce qu’il parait.

Le journaliste a du mal à parler.

Ses paroles sont saccadées.

Son souffle est haletant.

Il interroge un expert qui ne sait trop quoi répondre.

Curieux, j’ouvre la fenêtre de la cuisine.

Dehors il pleut et il fait noir comme dans un cul.

Impossible d’apercevoir la lune.

Je referme la fenêtre.

En attendant, le café a eu le temps de refroidir un peu.

Je le bois à petites gorgées.

Je m’en délecte.

Il est délicieux.

Brusquement, un terrible grondement.

La terre tremble.

Les murs se fissurent et s’effondrent.

En quelques secondes, je suis recouvert de pierres et de gravas.

Ma poitrine est écrasée.

J’étouffe.

J’ai mal.

Je plonge dans l’obscurité et l’anéantissement de ma conscience.

Je me réveille l’esprit en angoisse et tout en sueur.

Je m’extirpe péniblement de mon lit.

Je descends les escaliers en vertige, tenant à peine sur mes guibolles.

Une fois dans la cuisine, je me prépare un café.

Je bois un grand verre d’au fraiche.

Je respire un grand coup.

Il est cinq heures du matin.

Le café est brûlant.

Je pose le bol fumant sur la table de la cuisine.

J’allume la radio…

Ibara

Le fruit d’une passion (texte et peinture d’Ibara)

« Pomme » peinture acrylique sur toile

Le fruit d’une passion

Guillaume aimait les pommes.

Il les aimait au-delà du raisonnable.

Dix par jour qu’il en mangeait et parfois même plus.

Il en connaissait toutes les variétés.

Il était intarissable sur le sujet.

De la Golden à la Braeburn en passant par la Pink Lady, la Fuji, la Belle de Boskoop, la Granny Smith ou la Reine des reinettes.

Il les avait toutes goutées.

La pomme, c’était la passion de sa vie.

Il prétendait que c’étaient les pommes qui le maintenaient en bonne santé.

Il était même persuadé qu’il vivrait plus de cent ans.

Pour lui, la pomme était un fruit magique, vivant et plein d’énergie cosmique.

Il y a quelques mois, comme tous les jours, Guillaume se rendait à pieds à son travail. Tout en marchant, il croquait à pleines dents une Belchard Chantecler. Son portable sonna. Il répondit alors qu’il avait la bouche pleine. Perturbé et dans sa précipitation à répondre, il avala de travers le trognon de la pomme avec ses pépins. Il hoqueta, s’étouffa, trébucha et s’affaissa lourdement sur le trottoir humide. Après quelques hoquets baveux il trépassa.

Il y a une semaine est apparue sur la tombe de Guillaume, brisant le marbre gris, la branche d’un jeune pommier garnie de bougeons…

Ibara

Le tube de peinture rouge (peinture d’Ibara)

« Le tube de peinture rouge » peinture acrylique hyperréaliste (format: 55cm/46cm)

Peinture hyperréaliste réalisée avec des pinceaux très fins. Exercice difficile et délicat nécessitant une grande concentration. Les yeux sont particulièrement éprouvés. C’est le genre d’exercice que j’aime  effectuer…Ibara

détail

Là-bas (texte et peinture d’Ibara)

peinture huile sur toile de la série « Paysages imaginaires » (format: 55cm/46cm)

Là bas

La terre est jaune

Jaune et blanche

Le ciel est bleu

Bleu et blanc

Parfois il devient rose

Rose et orange

Et la terre devient rouge

Rouge et brune

C’est le soleil couchant

Qui modifie les couleurs

Mais aussi le sang

Le sang bouillonnant

Qui sort presque noir du coeur des hommes…

Ibara

Une amie est partie (texte et peinture d’Ibara)

« Une ombre dans l’escalier » peinture huile sur toile (format:55cm/46cm)

Une amie est partie

Pour toujours une amie est partie

Très chère amie

Que dire?

Rien

Juste le silence

L’apaisant silence

Et le souvenir

Le tendre souvenir

A jamais

Gravé dans ma mémoire…

Ibara

La pastèque (texte et peinture d’Ibara)

« Tranche de pastèque » (peinture huile sur toile-format: 35cm/27cm)

La pastèque

C’est samedi. Victor est allé au marché. Il a acheté une pastèque. Une énorme pastèque. C’est Salim le vendeur de fruits et légumes qui l’a choisie. Salim est un fin connaisseur. Très satisfait, Victor rentre chez lui en serrant fortement contre son flanc mou et gras son unique achat. Arrivé dans son petit, mais très coquet, pavillon de banlieue qu’il partage avec son épouse Gilda depuis plus de quarante ans, Victor pose délicatement le fruit vert et mastoc sur la table de la cuisine et appelle sa femme qui est en train de s’affairer à l’étage.

« Gilda! Peux tu venir une minute s’il te plait? »

C’est en maugréant et avec lourdeur que Gilda, abandonnant son occupation, descend les escaliers. Une fois dans la cuisine, elle demande avec énervement à son mari ce qu’il lui veut.

« Dis moi, ce que tu vois sur la table! »

« Je vois une pastèque »

« Non, tu te trompes, c’est un melon! »

« Mais enfin, c’est une pastèque voyons! Tu me prends pour une andouille ou quoi. Si tu crois que je n’ai que ça à faire! »

« C’est moi que tu prends pour un con. Je te dis que c’est un melon! »

« Ecoute Victor, je ne sais pas ce que tu cherches, mais j’ai comme l’impression que tu ne tournes pas rond »

C’est alors que brusquement Victor se précipite jusqu’au meuble où sont rangés les ustensiles de cuisine. Il ouvre un des tiroirs et en sort un grand couteau. Puis, dans un geste harmonieux et rapide, il tranche en deux parties la pastèque qui éclabousse de son eau sucrée tout son environnement.

Gilda est effarée par le comportement insensé de son mari.

« Alors j’ai raison ou pas? Tu vois bien que c’est un melon! »

« Mon pauvre Victor, c’est une pastèque, une simple pa…..!!!!! »

La malheureuse n’a pas le temps de finir sa phrase que déjà sa tête ensanglantée est allée rejoindre la pastèque éclatée sur la table de la cuisine…

Ibara

portrait de Giagia (peinture huile sur toile d’Ibara)

portrait de Giagia (peinture huile sur toile d’Ibara-format: 41cm/33cm)

Giagia (Hélène de son prénom) est une vénérable dame grecque nettement plus proche de ses cent ans que de ses vingt ans.

Giagia est la mère d’Evangelia.

Evangelia est la mère d’Alexandros et d’Aristotelis.

Lorsque j’ai fait la connaissance de Giagia, j’ai tout de suite été charmé et impressionné par sa personnalité et par son visage où semblent inscrites dans les sinuosités de ses rides toutes les tragédies grecques de l’antiquité à nos jours. Aussi il ne me restait pour lui rendre hommage qu’à réaliser son portrait…Ibara

Tête d’aigle (peinture d’Ibara)

« Tête d’aigle » peinture huile sur toile (format:1m/1m)

C’est un vieil aigle

qui tenta toute sa vie

de voler très haut.

A présent,

épuisé, miro et tout dégarni,

il attend,

serein et espiègle,

la fin de la partie…

Ibara

Deux natures mortes (peintures d’Ibara)

peinture huile sur toile intitulée « Tois poires » (format: 50cm/50cm)

peinture huile sur toile intitulée « Citron et betteraves » (format: 55cm/46cm)

Remake sanglant (texte et encre d’Ibara)

Voici un extrait d’un texte que j’ai écrit en novembre 2012 concernant le conflt entre les israéliens et les palestiniens. Presque deux ans plus tard  la situation n’a pas changé…

Hier, Jean-Pierre m’a pris la tête avec le conflit israélo-palestinien. Il est bien sûr du côté du pauvre peuple de Gaza martyrisé par l’ogre Israélien. Au début, je lui ai dit que je n’entravais pas grand chose à ce conflit, tant il est compliqué pour mes méninges d’européen, mais que j’étais d’accord avec lui, surtout concernant le sort des enfants et des populations civiles, et puis au bout d’un moment, il a vraiment commencé à me gonfler, alors j’en ai eu marre et je lui ai répondu:

 «Parce que tu crois vraiment qu’ils feront un jour la paix au moyen orient? Mais tu te leurres complètement mon vieux. Les juifs et les arabes sont cul et chemise sanglantes depuis belle lurette. Ils adorent ça se foutre sur la gueule. C’est leur fond de commerce tragique. Ils en redemandent du conflit extrémiste religieux. Ils sont frères de larmes de crocodile. Jamais au grand jamais ils ne feront l’union sacrée des sémites universelle. La fraternité a des limites mon cher, des limites bibliques, des limites de peuplades obstinées. Leurs caboches sont brulées depuis le règne du premier roi des sables par le soleil implacable du désert. Leur saga éternelle de familles décomposées est une histoire de rivalité tribale qui remonte à la nuit des temps. Ils ont la guerre dans la moelle épinière. Ça les maintient en survie intrépide la castagne séculaire. Frères ennemis qu’ils sont. Avant même Abraham, ils devaient déjà se tabasser comme des chiffonniers. Depuis Noé, ils se lavent dans le même bain du sang des martyrs et ça les rend fous furieux de haine! C’est pourquoi un arabe ne peut pas être accusé d’antisémitisme. C’est un non sens. Une anomalie métaphysique. L’arabe et le juif sont jumeaux tête-bêche, mystiques, hystériques et susceptibles. Comme les deux doigts d’une main coupée ou les deux couilles d’une pine éboutée, ils se ressemblent. Ils sont originaires des mêmes territoires rocailleux et cuisants. Ils jactent les mêmes dialectes à multiples facettes et sont affranchis, dès leur plus jeune âge, aux mêmes combines des livres aux lois alambiquées. Ils sont maîtres du double langage qui désarçonne l’occidental et rassure l’oriental. Sans compter que pour compliquer les choses, les arabes ne s’entendent pas entre eux, si on y ajoute leur démographie galopante, la promiscuité qui les étouffe, une indiscipline congénitale et leurs cervelles farcies de versets coraniques qui obstruent leur clairvoyance, c’est tout simplement la catastrophe pour eux. Ils sont coincés dans leur prè carré temporel et spirituel. Alors forcément, dans cette lamentable tragédie immémoriale, les juifs ont toujours un coup, voire même dix coups d’avance sur leurs pitoyables frangins matamores. Dans ce drame, il y a deux poids deux mesures, mon cher Jean-Pierre, à tous les coups les juifs gagnent et tirent leur épingle de ce sempiternel jeu de poker maléfique et menteur. C’est que la diaspora ça t’enrichit l’expérience humaine, ça donne du répondant, de l’entregent et du vif argent. Vois tu, le danger majeur, c’est que le théâtre de ces opérations guerrières antédiluviennes, qui en réalité n’aurait jamais du nous concerner, est en train d’infester nos pensées et nos contrées et risque de provoquer, à tout moment, une guerre civile particulièrement sanglante!…»…Ibara

Hécatombe (texte et peinture d’Ibara)

Détail grande peinture acrylique sur toile (format:3m/2m10) réalisée lors d’un spectacle le 20 juillet 2014

Même sur les tombes

Tombent

Les bombes

Hécatombe!…

Ibara

Le bon berger (texte et peinture d’Ibara)

« Les yeux du loup » (détail peinture d’Ibara)

Le bon berger

Le loup est entré dans la bergerie.

Les moutons ont dit:

« Bonjour Loup! »

Le loup a répondu:

« Bonjour moutons! »

Les moutons ont dit:

Loup, as tu vu notre berger? »

Le loup a répondu:

« Oui, je l’ai vu et je l’ai mangé »

Les moutons ont dit:

« Tu as mangé notre berger!

Ce n’est pas bien vilain méchant loup!

Il nous protégeait.

A présent, nous sommes perdus.

Qu’allons nous devenir? »

Le loup a répondu:

« Ne vous inquiétez pas.

Je serai votre nouveau berger.

Je vous protégerai et je vous raconterai de belles histoires »

Les moutons ont dit:

« Merci loup!

En échange que pourrions nous faire pour te faire plaisir? »

Le loup a répondu:

« Rien, juste me donner votre laine et me servir de garde manger! »…

Ibara